mardi 18 juillet 2017

Lees tomber et Capricho de la primavera: bis répétita.





Capricho de la primavera à la Foratata et Laisse tomber au Pènebouchère, bis répétita.
Ce weekend, ce fut répétition de ces deux voies, parcourues déjà auparavant.

Jour de fête nationale, direction le massif de Foratata avec Quitterie et Romain.  Au pied de la voie, nous serons rejoints par Renaud et Karine.
Je me rappelais d'une voie assez longue présentant de très beaux passages avec une L1 superbe , tout en fissures, des traversées "à pieds", des passages un peu bloc  et une dernière longueur plus soutenue que le reste, le tout sur un très bon caillou avec un équipement généreux.
Une jolie voie donc dans un cadre idyllique et idéalement bien accompagné: une bonne journée grimpe.

Que le voyage commence...











Dans le premier 6c de la voie qui consiste à remonter une grosse écaille, collée sur un mur bien lisse.



Comme dit la chanson de Sardou ( que je n'ai pas arrêtée de fredonner d'ailleurs ce jour): "Mes chers parents, je pars.... je m'envole, je m'envole". Romain dans son envol!!!


De jolies traversées, toujours bien protégées.




Quitterie dans la dernière longueur en 6c, plus soutenue que le reste. Journée démonstration et nous les mecs, ont ne la ramène pas...



Summit pour la cordée.


Descente facile en prenant la voie normale ( sentier bien marqué en contrebas ) après être descendu de l'arête par la droite en sortant de la voie.

Dimanche, il nous faut faire une voie pas trop loin de la maison et qui déroule bien. Je propose donc à Jean Pierre d'aller faire au Pènebouchère la voie "Lées tomber".
Si la ligne est équipée, les points ne sont pas toujours très près et demande un peu de métier. Le rocher dans son ensemble est bon, excellent dans les pas durs et  parfois demande un peu d'attention dans les zones faciles. Dans son ensemble, la voie reste assez sérieuse à la montée comme à la descente avec son lot de rappels à gérer dans cette zone souvent ventée.
Cependant, la ligne est belle et propose de très jolies longueurs comme le dièdre et la longueur en 6b+ soutenue. Je regrette seulement que Luichy est "dégommée" sur son blog cette voie pour des raisons qui lui sont personnelles et espère par le biais de celui ci corriger un peu le tir.
Un bravo au Maestro qui libèrera les deux points Ao pour du libre en 7a+ dans le dièdre.


L1 une traversée qui mène sur l'éperon


L2 doublée avec L3:


 L4: Magnifique dièdre avec 2 pas de Ao que JP libère en 7a+




L5 La plus teigneuse et soutenue. JP éblouissant!!!


Les deux dernières longueurs sont sur le fil terminal de l'éperon et peuvent se doubler avec une corde de 60m.


Durant votre ascension, il est possible que vous ayez de la visite atypique locale;


Un joli point de vue sur une partie de la vallée d'Aspe et son site archéologique de dessins rupestres.



Pour un truc qui devait se faire assez rapidement, on y passera quand même un certain temps.
Pour la balade, on aura complété les points avec un C0.4 pour L1.
Prendre au cas ou, 2 ou 3 friends de tailles moyennes.

mercredi 12 juillet 2017

Pena Rueba: Tierra de Dragones contra mal cielo





Avec René, nous avons réussi à faire croire à cette mouise de météo que nous avions l'intention d'aller grimper dans la vallée pour filer à l'anglaise côté espagnol. Comme d'hab', une fois le tunnel passé, le soleil se fait tout d'abord un peu timide pour être bien présent par la suite, malgré que l'on nous a annoncé à Murillo que la pluie doit faire son apparition en milieu d'aprèm.

Partis sans idées fixes, ni topos divers, on décide d'aller à l'éperon Gallego, voie équipée de difficultés très modestes  que nous avons déjà parcourue tous les deux.
Et puis durant l'approche, sous un ciel armé d'un bleu de plus en plus tenace,  on change de destination pour aller faire une voie que René ne connait pas: Tierra de Dragones.

La voie se déroule sur un bon à très bon caillou et propose deux grands murs à franchir chacun en 3 ou 4 longueurs. La cotation tourne autour du V+ avec deux passages un peu plus techniques mais pas obligatoires. La voie est entièrement équipée.

Le topo pris sur le blog de Neskalatzaileak.



 C'est parti pour le voyage...









Au sommet, cette modeste vue...



Milieu d'aprèm, c'est le retour au bar, et toujours avec le soleil et la chaleur en plus.
Crocs et bermudas sont de sortis, la bière, le soda et les bocadillos n'ont que bien se tenir, on se charge du reste!!!



samedi 1 juillet 2017

Le djeun's est Matûre ?!?!?!

 Deux cent douzième sortie à la Matûre pour le père René et première pour le djeun's Noa.
Noa, c'est la future légende des kichs, mais ça, il ne le sait pas encore. Pour l'instant, il apprend. Et le jeunot apprend vite.
Il y a moins de deux mois, il n'osait s'assoir dans son baudrier au relais sans lâcher la corde et regarder le vide sans appréhension.
Aujourd'hui, il ose faire des pas (parfois aléatoires et au petit bonheur la chance) sans trop cogiter et en n'ayant plus la crainte du vide stratosphérique.
Pour son dépucelage matûrien, René mènera la danse dans les fissures de "Astérix en péril" puis sur les dalles de la "Major."
Du coup, par la même occaz, Noa effectuera ses premières descentes en rappels.

Dans " Astérix"











Dans la "Major"






La Matûre, pas de prises de couleurs divers avec un bon matelas pour te réceptionner , mais une belle école d'escalade et d'aventure.
Je crois que le djeun's a aimé puisqu'il me demande quand y est programmée notre prochaine visite.
Le djeun's est Matûre.......